skip to Main Content

Call for contributions — Appel à contributions ARTL@S Bulletin

Putting the Arts in their Place. Cartography and Art History /
Remettre les arts à leur place : La cartographie et l’histoire de l’art.

Ed. Marco Jalla & Béatrice Joyeux-Prunel.

— Art historians do not instinctively turn to cartography as a research tool, but then again, neither do specialists of literature, cinema, theater or music. We need only to examine our own books and articles, in fields like literary studies, music history, cinema, theater, or even art history to realize how scarce the map actually is.

A cartographic approach, nonetheless, allows us to ask many questions about patterns of production of artistic works and forms, or even circuits for the spread of models or translations. A spatial lens of analysis facilitates the study of social logics, the spatial articulation of markets, consumption of artifacts as well as the phenomena of displacement, transfer and hybridity. When we represent spatial research data on a basemap, it has a highly heuristic effect, indeed.

It is much easier to see clusters and patterns, spaces or dividing lines on a map than in raw tabular data or prose description. Using a map allows us to locate points, borders or important spaces, and thereby, identify continuities between works, artistic practice and the places in which they appear, and of which they may just bear the mark. Mapping allows us to “develop,” in the photographic sense of the term, space as an important, even integral, part of artistic works and practices. But if we succeed in situating these phenomena in space, how can we deal with their temporal, historical dimension. Is it here that the map reaches its limit?

Of late digital mapping has opened up new possibilities in the historical study of the arts. Provided that data is collected, organized and published in standardized and comparable formats, they can be shared for digital analysis. In particular, scholars will be able to visualize circulation (of artists, works, object or events), networks and social spaces, but also to compare these digitally detected patterns with existing models in scholarship across multiple scales in space and in time.

How can we move from digital projects, with all of the heuristic insight they provide, to  using static maps in traditional publication venues? How can we incorporate the complex analysis allowed by digital mapping into the scholarly prose of our articles and books?

This issue aims to bring together short contributions, focused on cartographic practice and commentary, designed to show clearly the affordances as well as the limits of maps for our understanding of the arts.  It challenges researchers to explain how they handle time in digital projects and to suggest new strategies for translating research results in map format.

In both cases the map serves as the means of putting the arts in their place. Many approaches are possible: examining the territorial logic and the borders of objects and artistic practices, the centers and peripheries of the art worlds, the places/spaces of art and their specific values, customs or assets.  Turning to the map might also be the occasion to deprovincialize art history, expanding beyond local and national boundaries, taking into account issues of distance and periphery.  It could even serve open up new questions in the sociology of the arts and allow their histories to be compared. In this sense, maps force us out delocalized, abstract approaches to the arts that reduce the work of art to but an image. There are many ways we can situate art objects, and not only contextualizing them within the phenomenon of the exhibition as we have seen in recent years, but also at the crossroads of ideas and institutions, theories and practices, all of which have a spatial dimension. If we need to put the arts in their place, do we also need to be art history in its place? What about the history of other arts?

Contributions might address the following questions:

  • What kind of understanding of artistic practices does a map allow that other approaches do not? Can a map allow us to study all kinds of artistic spaces and circulation? Should the map confine itself, to handle questions relevant to art history and the venerable artistic geography [Kunstgeographie]), in particular the study of the circulation of styles, the evaluation of influences and distribution?
  • What can a map represent, and what can it not? What can we add to borders and points on a map in order to visualize evolution, flows, movement and circulation? How does the visual identification of spatial structures (place, scale, distance, frontiers, etc.) agree with the temporal dimension of the phenomena in question? How can a digital map be transformed into printable, static maps?
  • Is the map only a tool, or is it also an interpretation? To what extent does the map construct the object that it both refers to and represents? The editors would be particularly interested by contributions that propose several maps that make the same argument, using different visual strategies, encouraging us to reflect more deeply on best practices for the cartographic visuals. What should be, or could be, the role of text in this type of scholarly rhetoric?

For this special issue, there are two kinds of possible contribution:

  • Full length papers, between 5,000 and 7,000 words
  • Short papers, in the form of commented maps, 2,000-3,000 words.

Interested authors are invited to send a one-page proposal for a full length or short paper, along with a CV including a publication list.  Proposals should be sent to Marco Jalla (marco.jalla@unige.ch) and Béatrice Joyeux-Prunel (beatrice.joyeux-prunel@ens.fr) by 16 September 2018. Articles may be written in English, French, Spanish, German or Italian.

 

ARTL@S Bulletin is a transdisciplinary, peer-reviewed journal dedicated to spatial and transnational research in art history. More information concerning its content, its philosophy or its policies can be found at URL: http://docs.lib.purdue.edu/artlas/

 

 

ARTL@S Bulletin  – Appel à propositions : Remettre les arts à leur place – la cartographie et l’histoire de l’art

 

Le recours à l’outil cartographique n’est pas instinctif pour l’historien d’art, pas plus que pour les spécialistes de la littérature, du cinéma, du théâtre ou de la musique. Il n’y a qu’à considérer le caractère exceptionnel des cartes dans les études littéraires, dans les travaux d’histoire de la musique, dans les ouvrages d’études cinématographiques et théâtrales, ou dans les ouvrages et articles d’histoire de l’art pour s’en convaincre.

Pourtant, l’approche spatiale et cartographique permet d’aborder de nombreuses questions autour de la répartition des lieux de production des œuvres et des formes artistiques, des circuits de diffusion des modèles ou des traductions, des dynamiques sociales et spatiales de la création, de celles de son marché et de sa consommation, ou des phénomènes de déplacement, de transfert et d’hybridation. La représentation de telles données sur un fond de carte ne manque jamais de produire un fort effet heuristique.

On voit apparaître des concentrations, des configurations, des espaces et des lignes de séparation bien plus évidentes qu’avec un tableau à plusieurs entrées ou une description. Le recours à la carte permet de localiser les points, les frontières et les espaces remarquables et de mettre au jour des continuités entre les œuvres, les activités artistiques et les lieux où elles apparaissent et dont, peut-être, elles portent l’empreinte. Il permet de « révéler », au sens photographique du terme, l’espace en tant que dimension constitutive et déterminante des œuvres et des activités artistiques. Mais qu’en est-il de la dimension temporelle et du caractère évolutif, historique de ces phénomènes réinscrits dans l’espace ? La carte atteint-elle ici ses limites ?

Récemment, la cartographie numérique a offert de nouvelles possibilités à l’histoire des arts. Pourvu que les données soient bien sourcées, éditées et organisées de manière homogène et commensurable,leur traitement numérique est possible et les données peuvent être partagées dans cette optique. L’approche spatiale permet alors non seulement de visualiser des circulations (d’artistes, d’œuvres, d’objets, d’événements), des réseaux, des espaces sociaux, mais encore de comparer ces espaces avec d’autres déjà reconstitués par les chercheurs, et d’articuler ces visualisations selon de multiples échelles d’espace et de temps.

Mais comment passer alors des projets numériques, avec leurs atouts heuristiques exceptionnels, à la publication des cartes où le format soudain se fige ? Comment traduire dans le langage de l’article scientifique, et avec efficacité, les analyses complexes permises par la cartographie numérique ?

 

Ce numéro veut rassembler de courtes contributions, focalisées sur une étude cartographique et son commentaire, destinées à montrer clairement les apports ou les limites de la carte à la connaissance des arts. Il incite aussi les chercheurs à relever le défi d’une traduction bidimensionnelle de projets numériques où la diachronie a sa place, et à proposer ainsi peut-être de nouvelles stratégies pour traduire par la carte des résultats de recherche.

Dans les deux cas, l’enjeu est de recourir à la carte comme un moyen de remettre les arts à leur place. Il peut s’agir d’interroger les logiques territoriales et les frontières des objets et des activités artistiques, d’étudier les centres et les périphéries des mondes de l’art, leurs lieux et leurs espaces porteurs de valeurs, de normes et de ressources à chaque fois spécifiques. L’exercice peut être aussi l’occasion d’élargir l’espace trop souvent local et national de l’histoire des arts, pour le mondialiser, et inclure dans cet élargissement le lointain ou le périphérique. Il peut encore ouvrir à des questionnements sociaux et comparatifs. En ce sens la carte pousse à sortir d’une approche délocalisée et abstraite des arts, qui, pour l’histoire de l’art par exemple, réduit l’œuvre à son image en oubliant qu’un objet se situe toujours quelque part – pas seulement dans un contexte d’exposition (dont la recherche tient compte depuis quelques temps), mais aussi au croisement de configurations d’idées et d’institutions, de théories et de pratiques qui ont toutes des dimensions spatiales.

S’il faut remettre davantage les arts à leur place, est-ce aussi alors l’histoire de l’art qu’il faut remettre à sa place ?  Et qu’en est-il pour l’étude des autres arts ?

Les contributions pourront privilégier les axes de réflexion suivants :

  • Quelle forme de compréhension des activités artistiques permet la carte, que d’autres approches ne permettent guère ? Peut-elle aborder l’étude de tous les types d’espaces et de circulations artistiques ? La carte doit-elle se cantonner pour traiter des questions spécifiques à l’histoire de l’art à la vénérable « géographie artistique » (Kunstgeographie) – en particulier à l’étude de la circulation des styles, l’évaluation des influences et des diffusions ?
  • Que permet et ne permet pas de représenter une carte ? Que peut-on ajouter au tracé des frontières et aux points sur la carte pour visualiser des évolutions, des flux, des déplacements et des circulations ? Comment la mise en évidence visuelle des structures spatiales (lieu, échelle, distance, frontières, etc.) s’accorde-elle avec la dimension temporelle des phénomènes étudiés ? Comment traduire une carte numérique en carte(s) statique(s) destinée(s) à l’impression ?
  • La carte n’est-elle en soi qu’un outil, ou déjà une forme d’interprétation ? Dans quelle mesure la carte construit-elle l’objet qu’elle vise et représente ? Nous serions aussi intéressés par des contributions proposant plusieurs cartes qui démontreraient chacune une même thèse mais de manière différente, incitant ainsi à réfléchir aux meilleures stratégies démonstratives par la carte. Quelle doit ou peut être la place du texte dans ce type de rhétorique scientifique ?

Pour ce numéro spécial, deux formes de contribution sont possibles :

  • des articles de recherche (full length papers), entre 5 000 et 7 000 mots ;
  • des essais brefs (short communications), sous forme de cartes commentées, 2 000-3000 mots.

Dans le cadre de cet appel à contribution, les auteurs intéressés sont invités à envoyer leur proposition d’article ou d’essai sous la forme d’un résumé d’une page, accompagné d’un curriculum vitæ comprenant une liste de publications. Les propositions doivent être envoyées à Marco Jalla (marco.jalla@unige.ch) et Béatrice Joyeux-Prunel (beatrice.joyeux-prunel@ens.fr) au plus tard le 16 septembre 2018. Les articles peuvent être rédigés en anglais, français, espagnol, allemand ou italien.

 

ARTL@S Bulletin est une revue transdisciplinaire à comité de lecture consacrée aux questions spatiales et transnationales d’histoire des arts. Pour plus d’informations sur son contenu, sa philosophie et sa politique, voir: http://docs.lib.purdue.edu/artlas/

Back To Top