skip to Main Content

Bienvenue dans la base Artl@s !

ImageBase
Map South

Artl@s met à votre disposition une base numérique de catalogues d’expositions, depuis l’invention du catalogue (Salon de Paris, 1673) jusqu’à nos jours. Cette base est géoréférencée et datée : elle permet ainsi de cartographier les expositions, de retracer la circulation des oeuvres et les expositions des artistes. Elle permet aussi, lorsque cette information est disponible, de relier les oeuvres exposées à leurs lieux de localisation, leurs propriétaires, au lieu de naissance de leur auteur, et à tous les autres types d’informations renseignées d’après les catalogues : .

La construction de la base a été financée par l’Agence nationale pour la Recherche (ANR), grâce à un projet Jeunes Chercheurs – Jeunes Chercheuses (2011-2106). Son développement et son entretien sont actuellement permis grâce au soutien de l’École normale supérieure, de l’Université de recherche Paris Sciences Lettres et du labEx TransferS (Ecole normale supérieure / Collège de France, Paris).

Le contenu de la base est apporté bénévolement par des dizaines de chercheurs et jeunes chercheuses passionnés, qui donnent de leur temps et de leur expertise pour contribuer au projet – mettre à disposition de tous des données géoréférencées, souvent difficiles d’accès, qui élargissent les horizons de l’histoire de l’art aussi bien du côté de la sociologie (faire place au grand nombre) que d’un point de vue géographique (faire place aux “périphéries”, qu’il s’agisse des régions ou des métropoles hors Europe et États-Unis).

Que contient la base Artlas ?

Nous axons pour le moment la collecte sur les catalogues des biennales « périphériques » (Brésil, Egypte, ex-Yougoslavie, Italie pour commencer), afin de reconstituer l’internationalisation du marché et de la scène de l’art vivant depuis le 19e siècle en sortant de la géopolitique monocentrique et bilatérale qui a jusqu’ici caractérisé l’histoire de l’art des 19e et 20e siècles (Paris-New-York, et si peu d’intérêt pour « le reste »). La base doit nous permettre aussi d’étudier de manière globale le collectionnisme, la présence des femmes, l’évolution des sujets et des formes artistiques, l’institutionnalisation de l’art moderne et contemporain, l’histoire du marché, la politique dans les biennales etc… ainsi que les questions de centres et de périphéries dans l’histoire mondiale de l’art vivant.

Quand la base sera-t-elle accessible ?

L’équipe effectue actuellement une importance phase de tests et de vérifications sur la base. Attention : si le lien vous est transmis, sachez que les données sur cette interface bêta ne sont pas fiables ! Il s’agit de données test. Une mise en ligne intégrale est prévue à la fin des tests (automne-hiver 2017).

Back To Top