skip to Main Content
 LE DEFI DE CALIBAN
POUR UNE ETUDE DES DEFINITIONS DE L’ESPACE ARTISTIQUE ET LITTERAIRE DU « SUD »
(18-19 JANVIER 2018, Ecole normale supérieure, Paris)

Journée d’études et de discussion organisée par Béatrice Joyeux-Prunel et Roland Béhar

École normale supérieure (DHTA et LILA), avec l’appui de l’Institut des Amériques

 

18 janvier : Salle Assia Djebar, 24 rue Lhomond, Paris
19 janvier : Salle Aimé Césaire, 45 rue d’Ulm, Paris

 

Comment définir, aujourd’hui, un discours artistique ou littéraire propre au Sud, que celui-ci soit américain, africain, océanien ou asiatique ?

Dans le cas des lettres, la difficulté est accrue du fait que la littérature s’exprime bien souvent dans l’une des langues précisément refusées par le processus de la décolonisation. Le débat s’est cristallisé autour d’une figure de fiction, Caliban, ce personnage shakespearien s’opposant dans La Tempête à Ariel et à Prospero, mais dont les déclinaisons ne sont pas toujours compatibles. Du côté des arts, moderne et contemporain surtout, aucune enquête transversale n’a encore été faite sur les motifs et les manières plastiques ou les pratiques performatives qui permettent de signifier le Sud dans la pratique artistique, alors que cette enquête iconologique est faite pour l’africanité et semble évidente à propos de la figure de « l’anthropophage » par exemple. Pour les arts comme pour les lettres, critiques et historiens commencent à percevoir les contradictions d’une démarche qui intégrerait les « Suds » à un canon défini dans le Nord, tout comme la nécessité d’une étude spécifique des diasporas dans l’étude des « Suds », et l’importance des cultures marginales internes aux pays de l’Atlantique-nord, souvent qualifiées elles-mêmes de « sud dans le nord ». Le problème est également celui du découpage géographique, qui est en ultime instance la question de l’échelle à laquelle la définition d’un espace de discours sera homogène. Tout en abordant les enjeux et les limites d’un discours artistique et littéraire sur « le Sud », ces rencontres doivent permettre d’aborder la question au prisme de la création elle-même.

Parler de la diversité des enjeux et des traditions de ce Sud qui peine à se définir autrement que comme le Sud d’un Nord colonialiste signifie aussi s’intéresser à la diversité des dispositifs discursifs existants. L’hétérogénéité des discours et, partant, des découpages géographiques et des échelles auxquelles il devient possible d’avoir une vue qui ne soit pas uniquement locale, devient l’objet de multiples considérations récentes. Les outils de ces considérations varient considérablement selon les aires géographiques. Aux notions et aux découpages plus proprement littéraires et artistiques employés par les uns, qui émanent d’une conception « nord-atlantique » et plus sophisticated des lettres et des beaux-arts, s’opposent des démarches dérivant davantage des sciences humaines, de la sociologie, de l’ethnologie ou de l’anthropologie. Quel dialogue peut-on penser, entre ces disciplines et ces approches ? Ce sont souvent les mêmes références, postcoloniales et décoloniales, qui sont convoquées. C’est la raison principale pour laquelle nous voulons faire discuter, pour ces journées, des spécialistes de littérature et des historiens de l’art.

Les deux journées ont pour objectif de créer un groupe international de réflexion autour du problème du « Sud », groupe pour l’heure restreint et constitué sur invitations, mais susceptible d’être amplifié et diversifié si les discussions portent tous les fruits qu’on en espère. La réflexion se fera par un système de partage de textes dans lequel chaque intervenant présentera une notion ou un texte qui lui semble important dans ses propres recherches sur la question, temps suivi d’une discussion animée par un discutant, la discussion étant aussi importante que l’exposé initial.

Avec le soutien de l’Institut des Amériques,
du Département d’Histoire et Théorie des Arts de l’ENS,
du département Littératures et Langages de l’ENS,
et du projet ARTL@S (labex TransferS)

 

 

 

Back To Top